DECOUVREZ LES DIFFERENTS UNIVERS

Toiles, estampes et gravures, livres, structures-bois

ciel-de-cendres-100x100-alligand.jpg

RETOUR D'ISLANDE

L'artiste voyage (Asie, Europe, Péninsule arabique...). Après avoir exploré bien des contrées, Bernard Alligand a découvert il y a une quinzaine d'années l'Islande, sur la dorsale médio-atlantique séparant les plaques tectoniques eurasienne et nord-américaine, terre de volcans, de geysers, de fjords et de glaciers. Avide de paysages fortement contrastés, de matières brutes, de lumières insolites, l'artiste fut aussitôt conquis. Ses récoltes de minéraux et de végétaux, nourrissent ses oeuvres, et par une étrange alchimie, renaissent sur la toile dans un nouvel espace, où la matière est transcendée par la main de l'artiste.

egypte bis.jpg

IMPRESSIONS D'EGYPTE

" J'ai l'impression de réaliser, dans mon œuvre, un travail d'archéologie à l'envers. Je superpose en couches les différents matériaux et la peinture sur différents supports. Puis, je viens gratter, fouiller dans les strates ; éventuellement remettre au jour, à la lumière. Je procède de même avec la gravure. Dans la démarche artistique, je sais pertinemment ce que je vais chercher. Par contre, dans un pays tel que l'Égypte, quelle que soit sa connaissance, la part de découverte et d'imprévu déjoue les méthodes apprises." Bernard Alligand

_MG_1038.jpg

MONOGRAPHIE I

Le cheminement artistique de Bernard Alligand se nourri de sa double passion, modelage et peinture. Matières, collages, couleurs vives ou ouatées, dialoguent et s'élèvent en apesanteur. Les prismes cristallins aux dynamiques multiples révèlent la lumière omniprésente tantôt nappée sous un voile opaque, tantôt extirpée du matériau. Instantanée, elle rayonne par le jeu des proportions et des rythmes. La ligne danse dans l'espace, elle suggère la matière, la troisième dimension. Rien de linéaire - griffures, empreintes ou accidents (écritures vibrantes) ouvrent le tableau sur les couleurs et tissent en firmament la vitalité spatiale.

Tectonique-44 Alligand.png

ORIGINAUX SUR PAPIER

Foulant et fouillant les sols en surface et en profondeur, pour en prélever des échantillons, Bernard Alligand récolte des boues sulfurées, des dépôts ferreux, des fragments de schiste, des sables et cendres, tous matériaux qu’il incorporera à ses œuvres. Autre espace, la feuille de papier se prête aux différentes techniques utilisées par l’artiste : il n’hésite pas ainsi à confronter les matériaux et leur capacité à se supporter mutuellement. Tel un sculpteur, l’artiste modèle son œuvre graphique avec le souci de restituer les aspérités du terrain, la rugosité de la matière, la douceur de la lumière. Les contrastes sont saisissants, la matière prend corps et nous invite à la toucher. Elle embrasse la lumière éblouissant l'espace, telle la poussière d'étoile d'un univers stellaire.

_MG_1467.jpg

EMPREINTES MAROCAINES

Suite à sa quête égyptienne, Bernard Alligand  porte ses recherches sur les métiers artisanaux liés à l'emploi des couleurs, aux textures...

Le réinvestissement dans son oeuvre de ses découvertes, sera considérable. Gabarits, modèles géométriques utilisés dans la décoration des carreaux et des faïences confèrent à ses oeuvres un caractère abstrait, il n'en sera pas de même pour les vases et flacons. Sa fascination pour ces objets - contenant-contenu - l'incitera à introduire des formes figuratives dans ses compositions abstraites ce qui constituera un nouveau changement dans son vocabulaire pictural.

_MG_1019.jpg

MONOGRAPHIE II

Les silhouettes et la musique. Une silhouette verticale, élancée, longiligne, blanche qui a tout d'un fantôme au milieu du déchaînement des éléments prend au fil des tableaux la morphologie d'une nymphe aérienne. Souple et fluide, elle devient forme féminine par accentuation de ses attributs sexués.

Bernard Alligand aborde simultanément le thème de la musique. Il évoluera de pair avec celui des silhouettes dont certaines s'inscriront dans un contexte environnemental de fragments de portées musicales. Cette forme sibylline a soudain pris corps par analogie formelle avec le violon.

Volcan II-alligand-aquagravure.jpg

ESTAMPES - GRAVURES

Sitôt qu'il s'est mis à graver, en 1985, avec les encouragements et sur les conseils d'Henri Goetz, Bernard Alligand s'est placé dans une situation expérimentale. Cette attitude sera constante chez lui. Son premier souci a été de ne pas considérer le papier comme un support inerte. Sa seconde préoccupation porta sur l'usage de la matière. Son troisième questionnement concerna l'adéquation dans le rapport formes/couleurs. Dès lors, ces éléments constitueront les "invariants" de son art.

Un Fonds de conservation de son œuvre gravé est constitué au Dép. des estampes de la Bnf. En 2018, la ville de Nice crée un Fonds de conservation de l’ensemble de son œuvre gravé consultable à la médiathèque patrimoniale Romain Gary. 

TORERO A IMG_9012.png

LIVRES D'ARTISTE

Autant que les voyages, autant que les lumières des paysages, autant que les couleurs ou profondeurs de la matière, le verbe des poètes nourrit l'oeuvre de Bernard Alligand.

Bernard Alligand poursuit son dialogue en de fidèles amitiés, avec Michel Butor, Jean-Pierre Geay, Kenneth White, Régine Detambel, Lionel Ray, Sigurdur Palsson, Bernard Noël, Gaston Puel, Robert Marteau, René Pons, Philippe Delaveau, et bien d'autres poètes. Une oeuvre bibliophilique qui s'étend à plus d'une centaine de livres d'artiste conservés à la bibliothèque Toussaint d'Angers. Ce Fonds de conservation créé en 2009 est enrichie d'essais, maquettes, matrices, correspondances avec les poètes.

Structure-bois-36x27_ref-1442.jpg

STRUCTURES-BOIS

En quoi consiste les structures-bois ? Il s'agit de peintures dont la charpente architecturale et l'ossature rythmique sont formées à partir d'une cagette, d'où leur appellation. Mémoire de notre temps, la cagette a une dimension sociologique. Avec ce nouveau support, la peinture de Bernard Alligand acquit une portée sociale. Objectif que désormais il assignera à toute une partie de son oeuvre. Bien plus qu'un support, les cagettes prirent alors dans son esprit, une valeur symbolique. Une fois ces côtés enlevés, la cagette se présente comme une surface plane. Sa matérialité lui confère une double fonction : support et structure. Bernard Alligand repris la démarche qu'il s'était imposée avec ses oeuvres du passé : "déstructurer pour reconstruire", sans pour autant faire perdre à la cagette son identité.

Atelier Villa des arts de Bernard Alligand

A PROPOS

BERNARD ALLIGAND EST UN ARTISTE DE LA MATIERE, DE LA LUMIERE ET DU MOUVEMENT.

Ses nombreux voyages sont source d’inspirations qu’il décline sur différents supports. Pluridisciplinaire, son œuvre picturale est empreinte de toutes sortes de matériaux : minéraux, végétaux, objets manufacturés, bruts, recyclés… qu’il traduit en des compositions matiéristes, lyriques.
Un Fonds de son œuvre gravé est constitué au Dép. des estampes de la Bnf à Paris. La médiathèque L. Nucéra à Nice accueille aussi l’intégralité des éditions accompagnées de croquis, plaques, essais; Fonds de conservation de l'oeuvre gravé inauguré en janvier 2019. Deux catalogues raisonnés de l’œuvre gravé couvrent la période 1985-2018.

L'artiste intervient sur des livres d’artiste en accompagnement de textes inédits de nombreux poètes. Un Fonds Alligand de son œuvre bibliophilique a été créé en 2009 à la bibliothèque d’Angers dans lequel est conservé l'ensemble des éditions originales (plus d'une centaine de livres d'artiste) accompagnées d’essais, courriers, maquettes et descriptions.

Il est présent au sein de collections institutionnelles et privées et expose sur tous les continents.

Photographie ©Maxime Godard