-

LE LIVRE D'ARTISTE, UNE EXPERIENCE SENSIBLE

BERNARD ALLIGAND, l’AUTRE POETE Gaston Puel 2008

Bernard alligand est l'un des rares illustrateurs à rompre avec la mise en page traditionnelle en prenant possession de toute la double page sans craindre de toucher le texte et parfois d'en voiler légèrement quelques lettres. Il intègre à l'oeuvre non seulement toute l'étendue de la page mais aussi son épaisseur même par la création d'importants gaufrages dont il exploite les reliefs sur les deux faces de la feuille, ainsi que la plasticité de la faille entre deux cahiers non cousus du livre. Dans le catalogue saluant la donation de Bernard Alligand à Angers en 2009, Jean-Pierre Geay écrit : "tu es le seul de mes amis peintres à concevoir le texte dans sa globalité, à vouloir le représenter en un continuum visuel avec ses pleins et ses déliés dans un langage fait de matière en genèse ou en métamorphose et de formes arrêtées".

Extrait du catalogue raisonné de J.P. Geay 2016

LIVRE SCULPTURE

LES COMPOSITIONS DE BERNARD ALLIGAND SONT SOUVENT PONCTUEES d'explosions cosmiques ou volcaniques, de projections de formes inconnues qui naviguent dans la page ou y laissent leur sillage comme dans un espace aérien illimité. Dans cette traversée soudaine des pages, les formes de Bernard Alligand n'ont plus besoin des cadres - fenêtres sur un monde inexploré - ni de perspective interne. S'y substituent une combinatoire des formes et des couleurs dans un chromatisme d'une remarquable richesse, des modulations de la lumière dans la matière jusques à travers des jeux de miroitement et de transparence, et le travail constant sur l'épaisseur de la matière picturale, sur les gaufrages, sur les gravures au Carborundum et sur les collages volumineux de sables, de paillettes ou de fragments de toiles peintes. Bernard Alligand n'est pas loin de sculpter la page dans sa volonté de capter la lumière, de l'arrêter sur la surface de la feuille. Ses interventions sur les livres, inséparables du reste de son oeuvre peint et gravé, revêtent une puissance tactile portée à l'extrême dans ses subtils rehauts de gouache blanche à même le vélin blanc et dans ses gaufrages à sec qui immanquablement attirent le doigt du lecteur pour suppléer les doutes du regard.

Extrait du catalogue raisonné de J.P. Geay 2016

A DECOUVRIR EN VIDEO